• DE BUDAPEST A BAILE FELIX

    Samedi 3 juin

    Toujours bercés par la pluie, nous avons l’impression d’entendre de l’orage, mais ce doit être les camions qui passent sur les routes défoncées.

    Alors que nous sommes en train de nous préparer à partir, un camping cariste Lyonnais vient nous saluer. Il est désabusé par les prestations du camping et la météo. Parti de chez lui le 2 mai, il a visité le Tyrol puis Vienne avec un temps froid mais correct, mais depuis Vienne il n’a que de la pluie. Je pense qu’il va visiter Budapest aujourd’hui également sous la pluie.

    Nous profitons du Auchan de Budapest pour faire quelques courses puis filons vers Gödöllő en évitant soigneusement de prendre les autoroutes. Nous n’avons pas pris la vignette, environ 10€ à condition qu’ils nous mettent bien en moins de 3t5.

    Nous nous arrêtons dans un village tandis que des mariés se font prendre en photo.

    Gödöllò, la chateau royal ( de Sissi)

     

    A Gödöllő les places du parking voitures à 600 Forints de l’heure nous paraissent bien étroites, nous préférons aller sur le parking des cars.

    Nous sommes surpris par le tarif de la visite du château, il est annoncé sur le Routard à 400 Forints (environ 1,60€) et il est affiché à 1400 Forints (5,60€).

    Ce très joli château, le plus palais baroque de Hongrie, est en cours de restauration depuis 15 ans car il a été partiellement détruit par les Allemands en 40 puis réquisitionné et habité par les Russes jusqu’en 1990 (environ 50 ans).

     

    Nous traversons ensuite une région de vignes et de culture, des villages aux superbes maisons sous un ciel à peu près correct et une température de 20°.

    Nous tournicotons dans plusieurs petits villages avant de nous poser sur un petit parking en bord de route à Kapolna, 22km avant Eger.

    Un homme fait le tour du camping car, nous fait de grands bonjour. Nous ouvrons pour voir ce qu’il veut, il nous dit simplement avec un grand sourire « schön, no problem »

    Bon ce soir nous ouvrons une bouteille de Tokai, « à boire avec modération ».

     

    Dimanche 4 juin

    Histoire de changer aujourd’hui retour de la pluie.

    Eger, la basiliqueA Eger il y a beaucoup de monde dans la Basilique. Les gens sont super endimanchés, robes blanches, petites fleurs dans les cheveux, y aurait il des baptêmes ou des communions. La Basique est une grande bâtisse dont l’entrée est dotée d’un portique à six colonnes et fronton, un escalier bordé de statues.

    Eger, le chateau

     

    Nous n’apprécions pas à sa juste valeur le château et la vue qu’il nous offre sur la ville, il pleut il fait froid, même les figurants se font discrets.

     

    Eger, la ville vue depuis les remparts du chateau

    Eger, grille maison département/ foi, espérance, charité

     

    Nous redescendons vers la zone piétonne où les commerces sont principalement des marchands de vin avec bien sur des bouteilles de Tokay Azul en vitrine. C’est du vin qu’il faut savoir déguster, nous avons relevé quelques prix :

    Bouteille 500ml de 1996 =   7200 Forints soit environ  28,80€

                                  1976 = 26000 Forints soit environ 104,00€

                                  1951 = 65000 Forints soit environ 260,00€

    Nous continuons de déambuler dans la ville en admirant quelques édifices.

     

    Après une pause déjeuner dans un petit village sur la route de Miskolc, nous continuons notre route toujours aussi défoncée et toujours sous la pluie. Notre moral commence à en prendre un coup.

    Miskolc est une ville industrielle, nous continuons jusqu’à Lilafüred, montagne, retenue d’eau, cascade, c’est plutôt accueillant. Oui mais il pleut, il y a beaucoup de monde et pas de place de parking pour nous, dommage.

    Le ruisseau qui longe la route est en crue, les maisons ont les « pieds » dans l’eau.

    A proximité de Tokay les vignobles deviennent plus grands, c’est vallonné.

    Nous trouvons un parking pour la nuit près d’une statue. Chaque village en Hongrie possède une ou plusieurs statues

    Tokaj, place ou nous avons dormi

    Aujourd’hui mini 8° maxi 13°

     

    Lundi 5 juin

    Après quelques gouttes de pluie le ciel enfin se dégage.

    TokajNous faisons le tour de Tokay et repérons les heures d’ouverture de la banque, le lundi c’est à 11h. On s’occupe en attendant l’heure, entre autre en observant les cigognes.

    A 11h nous retournons à la banque tout en nous étonnant de voir le point info encore fermé… porte close à la banque, on se dit qu’ils ne respectent pas vraiment les horaires. On repasse plus tard, banque toujours fermée. Par curiosité je regarde les affiches où j’ai l’impression qu’ils parlent du dimanche 4 et lundi 5, y aurait il un jour férié ?

    … ???... ??? ne serait ce pas la Pentecôte ? Ceci expliquerait la fermeture de la majorité des magasins et de la banque. Les seuls ouverts sont les restaurants et les marchands de vin.

    Tokaj vue depuis le belvedèreComme il ne fait pas trop mauvais et que le soleil veut bien se montrer nous partons à la découverte des vignes, promenade indiquée dans le Routard.

    Tokaj

    Nous commençons par traverser un cimetière mal entretenu, pas d’allée, des tombes dans tous les sens, des dépotoirs un peu partout. Puis le chemin en sous bois est indiqué par des traits rouges, mais ce chemin devient vite un raidillon tout raviné et glissant. Nous rebroussons chemin et nous contentons des petites ruelles du village et de la plateforme qui domine la Tizza et d’un banc avec le spectacle des cigognes et des cigogneaux.

    Une place au bord de l’eau, les gens s’y promènent et viennent y déguster une glace.

    Et….. la pluie se remet à tomber et nous pousse ver le CC. Il est 17h et il ne fait plus que 12°.

     

    Mardi 6 juin

    Le passage incessant des camions et les aboiements des chiens nous ont un peu empêchés de dormir. Puis les petits oiseaux  très matinaux ont pris le relai à 3h du matin. Nous supposons que la nuit précédente les camions ne circulaient pas en raison du jour férié.

    Après les 6° de cette nuit, nous avons du ciel bleu. Passage d’abord à la banque, puis après une dégustation et achat de quelques bouteilles de tokay.

    Nous prenons ensuite la direction de Debrecen, région des grandes cultures, mais la route est toujours aussi mauvaise. Debrecen est la deuxième ville du pays.

    Nous biffurquons vers Hortobagy, le paysage change, de grandes steppes, des puits à balancier, de grandes fermes.

    Hortobàgy, le pont à 9 arches, long 92m, pont de pierres le plus connu en hongrieNous avons un peu de mal à voir ou est exactement le village, mais nous trouvons les points de repères indiqués dans le routard dont le pont de pierre à 9 arches. Nous nous posons sur un parking près d’une église dont la construction est abandonnée.

    Nous profitons du beau temps pour visiter les environs, c’est marécageux et même si ça ne paraît pas très riche tout est bien entretenu. La disposition du village est particulière, c’est un grand quadrillage. Les ilots de maisons sont séparés par des passages goudronnés bordés de zones engazonnées. Certaines de ces maisons n’ont accés que sur ces passages.

    Toujours des cigognes.

    Hortobagy, la gareA la gare nous faisons un grand bond dans le temps. Nous avons l’impression d’être dans les années 1950-1960. Les aiguillages se font manuellement, le préposé se déplace à bicyclette le long de la voie, les gens traversent les voies.

    Tout est ouvert, on accède directement sur les quais.

    Hortobagy, la gare

    Nous dinons au resto à coté du parking. Comme nous ne comprenons rien au menu, nous commandons au hasard. Finalement JM a deux belles tranches de porc sans doute marinées et dorées avec frites, et moi de tranches de porc panées (mais pas comme chez nous, là elles étaient soufflées) avec frites. Pour le désert la commande « marmelad » correspondait à deux crêpes fourrées de confiture avec deux dômes de chantilly. Moi je savais qu’en commandant « gundel palacsinta »  j’aurai une crêpe mais quelle crêpe. J’avais donc deux crêpes fourrées de noisettes et raisins secs broyés mais cela formait comme une crème, le tout arrosé de chocolat et surmonté de chantilly. Les deux menus pour 14,40€, pas de photos à montrer car avions laissé l’appareil dans le camion.

     

    Mercredi 7 juin

    Nous sommes à la même heure que chez nous mais nous sommes à l’est et le soleil  et les petits oiseaux se lèvent plus tôt et par conséquent nous aussi.

    C’est à regret, après un passage à Mata, que nous quittons cette région d’Hortobagy.

    région Hortobàgy,route Mata entrée cimetière     Mata, maison

    Puszta Hortobàgy, ferme

    Nous prenons la direction de la Roumanie, il fait beau.

    Les routes sont en chantier, certaines portions déjà refaites, d’autres complétement défoncées. C’est le grand bazar et pour couronner le tout il se remet à pleuvoir.

    Au passage de la frontière les douaniers Hongrois vérifient les papiers puis nous demandent de leur ouvrir le CC, ils ne montent pas mais regardent. Les Douaniers Roumains ont la même demande mais ils montent dans le véhicule, regardent et nous demandent si nous avons du café, des cigarettes… à déclarer, puis contrôlent nos papiers et nous laissent passer.

    De chaque côté il y a des files interminables de camions. Tout cela plus la pluie, les barbelés, ces bâtiments plus ou moins délabrés donnent une impression de tristesse et de pauvreté.

    Roumanie, Oradéa (sous la pluie!!)A Oradéa les routes sont complétement défoncées, les immeubles délabrés, pourtant d’après le guide bleu c’est une des plus belles villes d’Europe de l’est. On ne doit pas être dans le bon quartier. Nous décidons de filer directement à Baile Felix, il y a une aire de service.

    Roumanie, Baìle Félix/ maisons colorées près du parking sécuriséC’est un peu difficile de s’y retrouver, je ne vois pas les thermes mais je reconnais les vues laissées sur internet. Un homme nous fait signe de contourner et vient nous ouvrir un portail. Ce parking à 9€ la nuit contre 5 l’an dernier peut contenir environ 15 camping car. Après installation et repas nous allons dans la station, beaucoup d’hotels et les thermes. Il y a des déballages de fruits et légumes dont les prix me paraissent assez élevés, ceux des gateaux et de l’épicerie normaux quant au prix du café on comprend mieux la question des douaniers.

    Au détour de notre promenade nous découvrons deux jolies églises, un jardin public avec des bassins remplis de nénuphars et autres plantes mais à l’aspect négligé.

    Roumanie, église en bois orthodoxe de Baile Félix    Roumanie, Bàile Félix, église

    Comme en Hongrie nous avons l’impression que deux mondes se cottoient avec 40ans d’écart, opposition aussi de très belles maisons et de la misère, des enfant mendient.

    Roumanie, Bàile Félix / attelage

     

      

     

     

     

     

    « BUDAPESTDE BAILE FELIX A SOFIOK »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :