• GUELMIM

     

    Vendredi 21 février

    DE TIZNIT A ABAYNOU

    Le soleil brille de tous ses feux, nous disons au revoir à nos amis, nous les abandonnons pour quelques jours.

    TIZNIT - CAMPING TAZERZITEDE TIZNIT A ABAYNOUNous empruntons la N1, à 6kms de Tiznit nous passons devant le camping Tazerzite dont on nous a parlé. Ça nous paraît quand même loin de la ville, mais à voir. Dans cette immensité désertique nous rencontrons parfois un lopin labouré, quelques oliviers. A Reggada, les plantations sont plus nombreuses, puis progressivement nous retrouvons les arganiers, des troupeaux importants de chèvres et de moutons. Les fruits « affiaches » commencent à virer au brun.

    DE TIZNIT A ABAYNOU     RUINE EN PISE

    DE TIZNIT A ABAYNOUNous grimpons ensuite jusqu’à 985m, continuons sur un plateau avant de nous élever jusqu’à 1057m au col de Tizi-Mighert. Les camions lourdement chargés peinent dans la montée.

    DESCENTE COL TIZI-MIGHERT

    DESCENTE TIZI-MIGHERTPuis nous descendons vers Tieta Akhssass au milieu des roches ocres. Nous traversons Bouizarkane ou le souk bat son plein, des déballages partout sur les trottoirs, puis un grand terrain envahi de marchands, les hauts parleurs à fond, des couleurs, des odeurs….

    BOUIZARKANE

    Puis c’est à nouveau le silence, le désert, quelques arbres partiellement dénudés tous penchés dans le même sens.

    DE BOUIZARKANE A ABAYNOU            DE BOUIZARKANE A ABAYNOU

    Nous prenons ensuite une petite route, où nous traversons deux passages d’oued bien défoncés et arrivons enfin à Abaynou au camping des Thermes.

    PALMERAIE D'ABAYNOUNous laissons passer un peu la grosse chaleur et allons visiter le village avant de nous enfoncer dans la palmeraie. Il est toujours agréable quand il fait bien chaud de s’y perdre au gré des petits passages entre le chant des oiseaux, le bruissement des palmes et le clapotis dans les séguias. Quelques parcelles sont cultivées, mais la palmeraie ne nous paraît pas particulièrement bien entretenue. Nous croisons à plusieurs reprises un attelage chargé de bois.

    ABAYNOU

    Le camping est animé en fin d’après midi avec les clients de l’hôtel et le passage des gens allant aux thermes, le soir les piscines sont mixtes.

      

    106kms – N 29° 05’ 44’’ -  O 10° 01’ 03’’

     

    Samedi 22 février

    MARCHE AUX CHAMEAUX DE GUELMIM

    Dès 9h, le soleil pourtant matinal nous fait faux bond. Avec un couple de Bordelais nous allons attendre un grand taxi pour nous emmener à Guelmim. Nous attendons peu de temps.

    Une vingtaine de minutes plus tard nous sommes à l’entrée du « fameux marché aux chameaux », de nombreux véhicules sont en stationnement sur le parking.

    SOUK AUX CHAMEAUXGUELMIMDès que nous franchissons la porte, nous sommes happés par la foule. Partout autour de nous des hommes enrubannés, des femmes aux voiles multicolores, des touristes, des chèvres, moutons, vaches… et bien sur des dromadaires.

    SOUK AUX CHAMEAUX DE GUELMIM

    SOUK DE GUELMIM      SOUK GUELMIM

    SOUK AUX CHAMEAUXComme nous avons prévu de ramener un dromadaire, nous demandons le prix. Il faut compter environ 10000 dh. Il nous explique également que pour le dromadaire c'est comme chez nous pour le cochon tout est bon. Mais nous ne savons lequel choisir, car le blanc c’est GPS celui qui sent l’eau à 25km, le marron c’est celui qui se mange et le noir celui qui bosse. Après il faut regarder l’état de la dentition. Devant un tel dilemme nous n’avons pas acheté, nous différons.

    SOUK AUX DROMADAIRES

    CHAMELON       DROMADAIRE

    Certains « hommes bleus » nous disent avoir fait 1400kms et avoir mis trois jours pour venir vendre leurs dromadaires ici. Ils essaient parfois de nous entrainer vers un  stand de bijoux.

    Quelques vaches nous paraissent bien maigre, trouveront elles preneur ?

    Les hauts parleurs perchés en haut de mats à l’équilibre précaire hurlent à tout va. Nous retrouvons les mêmes scènes que sur les autres souks.

    Nous passons ensuite sur la partie supérieure, celles où sont installés les vendeurs de fruits et légumes, les camelots, les vendeurs de fringues et friperie, les bouchers, de céréales.

    SOUK GUELMIM- VETEMENTS        LES GALERIES FARFOUILLETTES DU SOUK DE GUELMIM

    GUELMIM - HERBORISTERIEUne femme nous propose de la prendre en photos, elle a un tout petit étal avec des sacs contenant des herbes. Un monsieur nous explique que certaines se prennent en infusion pour les maux d’estomac, une autre pour la fièvre, et que ce qui ressemble à une plante grasse se mange pour les problèmes d’estomac.

    J’achète des lentilles à un chibani qui a juste un petit tas sur une toile devant lui.

     Sous des arcades, installé sur une caisse en plastique avec pour table une caisse en bois, un jeune homme fait la comptabilité sur un petit cahier. A côté nous trouvons, sur des grandes bâches, du blé, de l’orge, du maïs en grains, du maïs broyé.

    GUELMIM - COMPTABLE         GUELMIM - CEREALES

    GUELMIM - BOUCHERSSous d’autres arcades sont installés les bouchers, nous nous laissons tenter par des steaks de dromadaire, nous allons tester.

    NOTRE VENDEUR DE VIANDE DE DROMADAIRE

    Avant de repartir nous repassons par l’enclos des animaux, il y a nettement moins de monde. Il y a la possibilité de faire un « baptême de dromadaire ».

    BAPTEME DE DROMADAIRE TOURISTE BORDELAISE

    Ne trouvant pas de grand taxi, un petit taxi nous emmène à la gare routière entre klaxons et slaloms, il faut se cramponner. Puis nous prenons un grand taxi pour Abaynou, nous rentons à 120kms dans une Mercedes qui affiche 374463kms.

    Comme dans la matinée le soleil est revenu nous déjeunons dehors.

    ABAYNOU - CAMPING DE LA VALLEE

     

    Dans l’après midi nous allons à pied jusqu’au camping de La Vallée à 1800m. Des Marocains sont installés un peu partout dans la nature soit à pique niquer, se reposer, ils nous saluent au passage, nous souhaitent bonnes vacances.

    Le camping possède beaux emplacements ombragés, éclairage artisanal, joli coin restaurant, volaille en liberté.

     

    0kms

     

     

    Dimanche 23 février

    AMTOUDI

    BOULANGERIE D'ABAYNOUDe bonne heure les hommes arrivent aux thermes. Avant de partir nous allons voir notre épicier pour savoir s’il a reçu de l’huile d’argane, nous repartons bredouilles « les femmes n’ont pas travaillé ». Arrêt chez le boulanger, là encore nous sommes bredouilles, il n’y a pas de pain. Finalement Françoise et Alain avec qui nous avons fait le marché à Guelmim avancent leur départ et nous suivent.

    PASSAGE D'OUED DEFONCE - pierres signalent le dangerNous reprenons la route sur laquelle nous avions rencontré des passages défoncés signalés seulement par quelques pierres.

    FABRIQUE DE PARPAINGSBouizarcane qui nous paraît pourtant une ville assez grande, n’a pas de station service. Renseignements pris auprès de la gendarmerie Royale, nous trouvons une pompe à Timouley. Ils nous disent que si nous allons jusqu’à Tata il faut faire le plein à Timouley car il n’y a pas de pompe jusqu’à Tata.

    Dans cette région tout paraît complètement desséché, heureusement que l’on rencontre quelques palmeraies, des roches vertes qui de loin peuvent donner une impression de verdure. Quelques tentes de nomades se détachent sur cette terre aride.

    NOMADES SUR LA ROUTE D'AMTOUDI    SUR LA ROUTE D'AMTOUDI

    Nous retrouvons ces montagnes aux dessins et aux couleurs si particuliers, nous avons l’impression que quelqu’un a trempé ses mains dans la peinture et s’est amusé à y faire des courbes colorées. Parfois nous arrivons à apercevoir un village, les maisons reprennent les mêmes teintes que la roche. On ne se lasse pas de ce paysage.

    SUR LA ROUTE D'AMTOUDI

    Nous arrivons à Amtoudi, l’agadir Id Aïssa perché sur son éperon rocheux domine.

    AMTOUDI DOMINE PAR L'AGADIR ID AÏSSA AGADIR ID AÏSSA

    Contrairement aux rumeurs « radio camping car » le camping « hôtel camping Amtoudi » existe toujours. Nous nous y installons.

    Après le repas nous ne perdons pas de temps, et partons à la découverte de l’agadir.

    AMTOUDI ET LA VALLEENous empruntons un sentier caillouteux. Un chibani nous rattrape et nous demande si nous montons. Nous répondons par l’affirmative, il nous suit quelques mètres. Nous nous arrêtons pour admirer le paysage et on réalise qu’il n’est plus là. Par où est il passé, il ne nous a pas dépassé, nous le retrouverons en haut.

    Dans l’oued asséché nous voyons un enfant courir, il nous rattrape rapidement. C’est Brahim, il va nous suivre tout le temps de notre balade. Du haut de ses 10ans, dans un bon Français, il va nous donner des explications.

    AGADIR ID AÏSSA - BARBACANELa grimpette représente un dénivellé de 170m environ. Nous voici devant la porte appelée barbacane.

    AMTOUDIIsa, une enfant du village assise le mur vend des cartes postales. Mohamed nous demande si nous connaissons le tarif. Il fait quelques mètres avec nous, nous donne quelques informations au sujet d’une pierre creusée de deux contenants et d’un galet, il s’agit du récipient pour préparer la poudre à fusil avec du charbon, du salpêtre et du souffre. Il nous indique par où passer, où se trouvent les cellules, les ruches et retourne s’asseoir. Il est malade, nous faisons donc la visite sans lui, heureusement nous avons notre petit guide.

    GRENIERS ID AÏSSAGRENIERS D'ID AÏSSACe grenier collectif date du 12éme siècle et a été utilisé jusqu’en 1956. Il servait à stocker des céréales et autres biens, en les protégeant d’éventuelles agressions. Chaque famille disposait d’une pièce, et il y avait une zone collective.

    L’ensemble, même s’il se dégrade est bien conservé, on peut y voir des cellules plus ou moins grandes, avec parfois des étages, les trous pour les abeilles, un système de réception d’eau pour remplir les citernes, un genre de brasero, des arécipents creusés dans la pierre pour abreuver le bétail, des gravures rupestres.

    GRENIERS D'AMTOUDI      GRENIERS ID AÏSSA 

    GRAVURES RUPESTRES    MUSEE

    TROUS POUR DONNER A BOIRE AU BETAIL        NICHES POUR LES ABEILLES  

    AMTOUDI La vue dégagée sur la vallée devait leur permettre de voir l’ennemi arriver. Au niveau du village une plateforme nous intrigue, Brahim nous explique que c’est le lieu pour tuer les moutons, pour préparer et faire la fête de l’Aïd el kebir. Le village est blotti entre la montagne et la palmeraie.

    Nous descendons par un sentier différent, il nous ramène au niveau de la palmeraie. Au passage nous nous arrêtons dans la maison de Brahim où sa sœur Myriam et sa maman nous accueillent. Nous déclinons leur invitation à venir manger le couscous demain car nous retournons à Tiznit. Françoise et Alain qui connaissaient déjà Myriam acceptent car ils restent quelques jours.

    Nous traversons un petit bout de la palmeraie, le village et nous voici au camping, nous récompensons notre jeune guide.

    Le temps de souffler, de se préparer et nous allons déguster notre tajine de chevreau, nous l’avons bien mérité.

    tajine de chevreau

    Avant d’aller se coucher nous observons le ciel profond rempli d’étoiles.

     

    113kms – N 29° 14’ 34’’  -  O 09° 11’ 32’’

     

     

    Lundi 24 février

    RETOUR VERS TIZNIT

    Le temps d’échanger quelques photos avec Françoise et Alain,  nous repartons. Nous reviendrons certainement dans ce lieu très agréable car il y a encore de belles choses à y voir.

    D'AMTOUDI A TIZNITNous retrouvons les mêmes paysages sous un autre angle.

    D'AMTOUDI A TIZNIT    D'AMTOUDI A TIZNIT

     

    D'AMTOUDI A TIZNIT D'AMTOUDI A TIZNIT PETIT ANE EN STATIONNEMENT

    Ce sont les vacances scolaires, les jeunes jouent au foot, les enfants se promènent.

    D'AMTOUDI A TIZNIT

    Arrivés au camping de  Tiznit nous retrouvons le même emplacement, nous avons de la chance car Bernadette et Noël que nous avons contacté ce matin nous ont gardé la place .

    Le jeune femme de l’accueil à qui nous avions dit que l’on ramènerait un chameau nous demande où il est. Comme nous disons qu’il arrivera un peu plus tard car il arrive à pieds elle nous répond en riant « quand il arrive je lui demande son immatriculation ».

    143kms – N 29°48,22’  -  O 09°49,69

     

     

     

    « TIZNIT DE TIZNIT A MARRAKECH »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 22 Février 2014 à 15:02

    Ca se passe bien on dirait, quel beau parcours !!

    bises

    2
    Dimanche 23 Février 2014 à 10:46

    Bonjour !

    Merci de nous faire connaître la vie, les coutumes de la-bas, tellement que je m'y croirai presque.

    C'est super de pouvoir voyager ainsi et vous souhaite de bien en profiter et en plus, vous nous faites profiter de vos expériences qui pourraient nous servir au cas échéant où nous aurions l'occasion d'aller visiter cette région.

    Un bel éventail de nombreuses photos que vous avez pris à visionner. oui, lorsqu'on se ballade dans les marchés les vendeurs doivent nous accrocher pour nous vendre bijoux, tapie, fringues ....Pas mal le chameaux blanc qui s'appelle GPS et le propriétaire connaît le nombre de kilomètres au compteur comme pour une voiture d'occasion Lol ! ça m'impressionne. J'ignorai qu'il existait une couleur de pelage de chameaux pour reconnaître celui qui sert à se placer, celui à manger et celui qui bosse.

    Je vous souhaite un bon séjour dans sa continuité, un temps splendide pour voyager et surtout la santé pour en profiter pleinement.

    Amitié et bien des pensées amicales de Maryse ! @bientôt !

    3
    Berjalien
    Mardi 25 Février 2014 à 11:10

    Bonjour je viens de faire une visite de votre blog

    ,quels beaux paysages ,merci pour ce partage et profitez bien de votre séjour,les Pollhuguett's vous ont précédé à Amtoudi il y a peu .

    Bon voyage

    Amicalement  Daniel

    4
    Mardi 25 Février 2014 à 12:09

    Bonjour,

    On ne se lasse pas de ces paysages, encore plus quand il y a le soleil

    Je ne sais pas si nous arriverons à nous rencontrer avec les Polluguett's.

    Amicalement

    Ghyslaine

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :